top of page
  • ylanslimane

Climat : les habitants de Tuvalu obtiennent l'asile climatique en Australie

L'archipel de Tuvalu, considéré comme l'un des territoires les plus vulnérables face au changement climatique, à cause de la montée des eaux, a obtenu le soutien de l'Australie qui a décidé d'accorder des "droits spéciaux" aux plus des 11 000 Tuvalais y vivant dans un traité rendu public ce 10 novembre. Décryptage.


Wikimedia Commons

Vue aérienne de l'île de Funafuti, la plus peuplée de l'archipel de Tuvalu et menacée sur le court terme par le changement climatique.


 

Une protection face au changement climatique


80 ans. C'est le temps qu'il resterait à l'archipel avant qu'il ne devienne inhabitable, selon des spécialistes. Sur les 9 îles qui la compose, déjà deux d'entre elles sont sous les eaux aujourd'hui. C'est devant cette urgence sans précédent que les autorités de Tuvalu alertent déjà depuis plusieurs années sur leur situation.


Souvenez-vous, déjà en 2021, en marge de la COP 26, le ministre des affaires étrangères tuvaluan, Simon Kofe, avait marqué les esprits en prononçant un discours les pieds dans l'eau, alertant ainsi les autres nations sur la situation inquiétante de l'archipel.

"On ne peut plus attendre des discours quand nous voyons la mer monter jour après jour"

Le gouvernement avait aussi annoncé le téléchargement des îles dans le métavers afin de préserver leur culture et leur territoire dans l'univers virtuel, même si l'archipel venait un jour à totalement disparaitre. Mais aujourd'hui, le risque pour les habitants est bien réel, et c'est ce qui a poussé le gouvernement tuvaluan à s'entendre avec son homologue australien sur ce traité qui accorde des "droits spéciaux" aux habitants de Tuvalu. Dans le détail, le texte accorde un "accès aux services australiens qui leur permettront une mobilité dans la dignité". Le traité doit encore être signé par les deux pays pour devenir effectif, mais les deux dirigeants, Anthony Albanese pour l'Australie et Kausea Natano pour les îles Tuvalu se montrent confiants :

"Nous croyons que le peuple de Tuvalu mérite d'avoir le choix de vivre, étudier et travailler ailleurs, alors que le changement climatique empire."

Flickr

Le ministre des affaires étrangères tuvaluan Simon Kofe lors de son discours prononcé les pieds dans l'eau en marge de la COP 26 en 2021, dont la vidéo avait fait le tour des réseaux sociaux.


 

Des intérêts pas que climatiques pour l'Australie


La présentation de ce traité intervient dans un contexte de rapprochement entre l'Australie et les nations insulaires du Pacifique. En effet, l'influence grandissante de la Chine dans la région pousse le gouvernement australien à se montrer davantage conciliant envers les petits pays du Pacifique, pour éviter de perdre sa propre attractivité.


Mais si les îles Salomon et Kiribati n'ont pas eu de mal à solliciter les autorités chinoises ces dernières années, la situation est différente avec Tuvalu, qui fait partie des rares pays à reconnaître l'existence de Taiwan en tant que nation, bloquant ainsi tous liens possibles avec la Chine de Xi Jinping. Reste à voir si le rapprochement des pays insulaires du Pacifique, qui sont menacés par le changement climatique, avec les grandes puissances sera bénéfique à leur survie où non.

Comments


bottom of page